Comment se préparer pour la soutenance de la Thèse ?

Forum doctorants : pour les thésards en quête de conseils, faire une thèse, choisir son directeur et laboratoire de recherche, insertion des docteurs, vie universitaire, actualités des universités, recrutements

Comment se préparer pour la soutenance de la Thèse ?

Messagepar Piccadilly » 14 Déc 2013, 09:32

Les 7 questions les plus stupides habituellement posées lors d'une soutenance de thèse

La préparation d'une thèse est une épreuve pénible qui comporte de nombreux rites tribaux. Ceux-ci feront probablement l'objet de nombreux travaux chez les sociologues et anthropologues du futur, mais la rédaction de Parenthèse, toujours à la pointe du progrès, a décidé de se pencher ce mois-ci sur un passage particulièrement délicat, à savoir la Soutenance de Thèse, qui n'est pas sans rappeler par sa brutalité la Grande Cérémonie Initiatique des Papous de Nouvelle-Guinée, abondamment décrite par Lévy-Brul dans son oeuvre maîtresse « La Mythologie Primitive ». Nous allons nous intéresser plus particulièrement à la partie la plus cruelle de ce cérémonial, intitulée « Les Questions Du jury » (parfois aussi appelée « La Mise à Mort », bien que ce terme soit inexact, car il arrive souvent que l'impétrant survive plusieurs jours à l'épreuve), (j'en vois déjà qui sont tout verts...). Cette partie se doit donc d'être particulièrement soignée, d'autant que, faute d'horaire précis du pot qui suit habituellement, on assiste en général à une augmentation significative du taux d'assiduité à ce moment du rituel. Une fréquentation assidue de ces pots nous a donc permis de dégager un certain nombre de questions type que nous allons évoquer plus loin.

Il faut avant tout se plonger dans la psychologie d'un Membre du Jury. En effet, un Membre du Jury est avant tout un homme (ou une femme) comme les autres (quoiqu'en général pire), avec ses forces et ses faiblesses. Au cours du feu croisé qui suit la présentation de thèse, qui dure typiquement 30 à 40 minutes et dans lequel l'Impétrant doit essayer (souvent vainement) de démontrer qu'il a vaguement fourni un certain travail sur le sujet qui lui a été imposé, et qu'il lui est parfois arrivé de comprendre ce qu'il faisait, ledit Membre du Jury doit, lui, démontrer en quelques questions bien senties, le plus souvent en moins de 5 minutes (jugez de la difficulté !):

1) qu'il n'est pas simplement là pour manger des petits fours et boire du champagne à la fin, mais qu'il a parfaitement compris l'ensemble du travail dans tous ses tenants et aboutissants
2) qu'il lui est arrivé de lire quelques lignes du mémoire de thèse, en général d'ailleurs dans l'avion ou le TGV qui l'a amené jusque sur les lieux du cérémonial (d'ou l'intérêt ou l'inconvénient, suivant les cas, des Jurys notablement internationaux)
3) que son domaine de compétence est infiniment plus grand et sa vision du sujet plus vaste que (par ordre d'importance croissante) a) l'impétrant, b) les autres Membres du Jury, c) le Directeur de thèse et/ou le Directeur du Labo qui lui a payé son week-end à Paris, avec la tournée des cabarets classiquement associée.
Une fois ceci bien compris nous allons maintenant traiter des 7 questions standard qui reviennent le plus souvent, afin de fournir un manuel de survie en milieu hostile à tous ceux et celles qui espèrent survivre à l'épreuve.

Une remarque générale pour commencer. Dans le discours non-dit associé à toutes réponses, on doit retrouver obligatoirement au moins un des messages subliminaux suivants:

1) votre question est très intéressante et je vous remercie de me l'avoir posée
2) si j'avais pu avoir un directeur de thèse tel que vous, et non pas cette moule/frite qui m'en tient lieu !
3) je ne suis qu'un humble vermisseau et je vous remercie de m'éclairer de votre science
4) t'as de beaux yeux, tu sais !
5) toute autre variation sur ces mêmes thèmes.

Distinguons maintenant :

1) Les questions du type : « Mais pourquoi n'avez-vous pas utilisé la technique ou la méthode XX pour traiter le problème ? », avec le plus souvent le corollaire sous entendu : « il se trouve par le plus grand des hasards que je suis LE spécialiste mondial de la technique/méthode XX ».

Attitude à avoir :
Essayez de prendre l'air intéressé.
Ne dites pas : « j'y avais pensé, coco, mais mon directeur de thèse voulait pas »

Dites plutôt : « je n'ai malheureusement pas eu le temps, dans le cadre de la thèse, de développer cet aspect, mais cela me paraît une ouverture très intéressante pour la poursuite de ce travail ».

2) Les questions du type : « Pourquoi ne mentionnez-vous pas les travaux de XX qui sont pourtant cruciaux pour cette étude ?», avec le plus souvent le corollaire sous-entendu : « Il se trouve par le plus grand des hasards que je suis coauteur de XX, d'ailleurs c'est moi qui l'ai formé ».

Attitude à avoir :
Prenez un air dégagé (évitez cependant de siffloter).

Ne dites pas :«je l'ai lu ton article, coco, mais j'y ai rien compris, tellement il est illisible, d'ailleurs mon directeur de thèse m'a dit que c'était nul »

Dites plutôt : « je n'ai pas mentionné votre travail, car il fait parti des travaux maintenant classiques, de même qu'on ne cite plus les travaux de Newton/Einstein/Dirac ».

3) Les questions du type 'Bernard Pivot' : « A la page XX de votre mémoire, vous dites que (ZZ) alors que page XX+N vous dites que (YY=nonZZ) », avec le plus souvent le corollaire sous-entendu: « Ce sont les deux seules pages que j'ai lues à fond, pensez si je m'en souviens ! ».

Attitude à avoir :
S'il a raison, c'est-à-dire s'il vous a surpris en flagrant délit de contradiction, vous pouvez essayer de lui démontrer qu'il a tort en enchaînant des arguments filandreux et de mauvaises foi qui noieront (peut-être) le poisson ; pour cela, citez abondamment votre mémoire et notamment les pages comprises entre XX et XX+N.

Par contre s'il a tort, afin de ne pas lui faire sentir son manque total de compréhension du sujet :

Ne dites pas :« si t'avais lu les N pages entre, t'aurais compris qu'il n'y a pas de contradiction ! »

Dites plutôt : « c'est effectivement une des contradictions soulevées par notre travail » ça gagnera du temps pour le pot.

4) Les questions du type : « Et si que vous feriez telles et telles choses et que sûrement ça ferait vachement avancer le sujet, vous ne croyez pas - » classiquement posées par un vieux prof gâteux à qui votre exposé et votre éventuel charme printanier (si vous êtes une fille, quoique..), plus la perspective d'aller bientôt manger gratis, a donné une décharge d'adrénaline/d'enthousiasme juvénile, comme à l'époque d'avant de sombrer dans le scepticisme et le cynisme de bon aloi associé à la profession.

Attitude à avoir :

Essayez de prendre le même air enthousiaste (c'est ce que les zoologues appellent « une posture en écho », elle vise chez les primates supérieurs à manifester l'harmonie du groupe).

Ne dites pas : « De toute façon je commence dans une semaine chez ParisBas pour faire de la finance, alors tes idées ... »

Dites plutôt :« oui »
ça gagnera du temps pour le pot.

5) Les questions du type 'Maître d'Ecole' (d'avant Jules Ferry) : «à la page XX pourquoi manque-t-il deux virgules, à la page XX+1 , deux accents graves, à la page XX+2, un raton laveur etc.. etc.. ? » jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Attitude à avoir :
Évitez de faire comme les autres Membres du Jury, à savoir bailler ou vous endormir.

Ne dites pas :« merci mon gars, laisse-moi ta liste et essaye de poser une question intelligente, ça nous changera, la dictée de Pivot c'était la semaine dernière »

Dites plutôt : rien..., et faite le gros dos en attendant la fin de la pluie en pensant au pot qui va bientôt suivre.

6) Les questions du type: « A la page XX, dans le tableau/la courbe YY pourquoi manque-t-il les incertitudes/les barres d'erreur ? », classiquement suivies d'un discourt philosophiquoprisunic sur la glorieuse incertitude de la physique, la nécessité du recul quant aux grandeurs qu'on mesure et leurs ordres de grandeur, l'apprentissage du doute etc...

Attitude à avoir :
Essayez de prendre un air contrit.

Ne dites pas :« c'est la faute à la secrétaire », d'abord on dit « c'est la faute DE la secrétaire » et de toute façon cette excuse, qui a fait ses preuves il y a 15 ans, est inopérante maintenant que les thésards tapent eux-mêmes leur texte.

Ne dites pas non plus : << dans ce travail, les incertitudes ont été tirées par Monte Carlo/pile ou face mais là, j'avais plus de monnaie. »

Dites plutôt :« je compléterai les données pour le texte définitif».

Cette dernière réponse du type « Après le pot, le déluge » peut d'ailleurs s'utiliser pour toutes questions concernant un oubli, une demande de tableau, de courbes, de textes etc.. supplémentaires.

7) Les questions du type : « Avez-vous calculé la grandeur XX qui est très importante pour blabla... ? », avec le plus souvent le corollaire sous-entendu : « C'est la seule grandeur que je connaisse/sache utiliser pour blabla.. ».

Attitude à avoir :
Essayez de prendre un air entendu.
Ne dites pas :« Ça ne m'a pas traversé l'esprit une seconde »

Dites plutôt :« Bien évidemment, mais j'avoue ne plus avoir l'ordre de grandeur en tête », tout en vous tournant et en redirigeant la question vers votre directeur de thèse, qui prendra la même attitude et fournira la même réponse, parce que, lui aussi, ne tient pas à passer pour un imbécile, tiens donc !

Pour conclure de manière générale, il faut rappeler que si ce Cérémonial des Questions est le plus souvent un moment très pénible pour l'Impétrant, il l'est encore plus pour l'ensemble de l'assistance qui est venue pour se remplir la panse et non pas assister à un duel de rhétorique à fleuret plus ou moins moucheté. On visera donc à la plus grande concision des réponses qui sera un élément déterminant pour gagner du temps pour le pot.

Source : http://www.spms.ecp.fr/perso/jmk/les7questions.html
Piccadilly
 

Comment se préparer pour la soutenance de la Thèse ?

Pub

Pub
 

Retourner vers Doctorat - Devenir enseignant-chercheur

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron